logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

30/03/2009

BANDE VHS !!!

Savez-vous ce qu'est un mari DVD ?

 

 C'est celui qui se Déshabille et Vite s'enDort

 



Et un mari DVD+R ?

 

Celui qui se Déshabille Vite, s'enDort et Ronfle.

 

 

Et un mari CD ?

 

 Celui pour qui c'est : Cigarette et Dormir.

 

 

Moralité:
 
- RIEN DE TEL QUE LES VIEUX VHS...

 

 Viril et Habile du Sexe

 

 

 

06/03/2009

BOIRE UN PETIT COUP C'EST AGREABLE ...



26/12/2008

SOUVENIRS, SOUVENIRS, F I N ...

 

 

 

 

Pour en finir avec ces différentes façon de sauvegarder nos souvenirs, il reste les films 8mm ou Super 8,  tache la plus délicate, et, la plus secrète aussi, sachant que les solutions pour obtenir un travail de qualité sont rares donc chères et que ceux (comme moi) qui connaissent ces dernières, ne les dévoilent que peu ou prou…

 

Commençons donc par les plus simples. Je vous le répète encore une fois, le résultat sera à la hauteur des moyens employés donc… médiocre, mais certains s’en contentent et je me dois rédigeant un article sur le sujet, de les citer.

 

Mais auparavant, un minimum de technique pour bien comprendre le pourquoi du résultat.

 

Les films qu’ils soient en 8mm ou en super 8, ont été tournés soit en 18 images/seconde, soit en 24 images/s. Muet ou sonore peu importe.

 

Le problème ce trouve là. Pour numériser vos films, vous allez vous servir de votre caméscope bien aimé. Seulement, le hic, est que cette petite merveille de technologie, film elle, à 25 images/seconde.

 

Et donc par conséquent, à raison  d’une image de décalage par seconde, nous nous retrouvons avec un scintillement des plus désagréable, qu’il est difficile de corriger.

 

Une seule et unique solution, il faut un projecteur avec un variateur de vitesse d’une part et cela ne ce trouve par au coin de chaque rue à notre époque, mais de plus il faut donc adapter la vitesse précisément en fonction de celle de prise de vue au départ soit :

 

         Pour 18 images/s = 16.66 images/s en projection

         Pour 24 images/s = 25 images/s en projection et là, finit le scintillement.

 

J’en vois déjà, qui se pourlèchent les moustaches et se disent, bricoleurs du samedi ou du dimanche au choix, mais qu’est-ce qu’il croit le Coeurdeloup, moi je vais me le faire moi-même le variateur…

 

Pas si simple, et je m’explique, fabriquer un variateur de vitesse et c’est vrai à la portée du premier « Monsieur je bricole », moi le premier, seulement voilà, pour que le dit variateur soit utilisable, il faut qu’il soit pourvu d’un compteur digital à 4 chiffres (16.66) donc déjà plus compliquer.

 

Ensuite il faut l’étalonner et la encore pas de la tarte …

 

Pourquoi ? – sachant que la plupart des projecteurs cinéma ancien sont équipés de moteur asynchrone  non régulé, quand vous lancez votre projection et bien que cela ne soit pas visible par l’oeil humain qui corrige cet effet, le film n’est pas cadencé immédiatement à sa vitesse optimale.

 

Sachant que pour trouver la valeur de ralentissement à 16.66 im/s il faut à l’aide d’un chronomètre faire défiler 1 minutes et pas une seconde de plus de film, compter le nombre d’images projetées pendant ce laps de temps et faire la règle de trois que je ne vous ferai pas l’injure d’expliquer ici !!!

 

Sachant la couleur du cheval Blanc d’Henri IV…

 

Et donc régler ce sacré potentiomètre, je vous souhaite beaucoup de patience et de plaisir !!!

 

Sur le papier c’est simple, dans la réalité, c’est un peu plus délicat, mais avec de la patience et des repères, on y arrive. 

 

Laissons tout cela de côté et essayons de faire simple.

 

-         faire un écran en papier à dessin épais, blanc mat, de 60x40cm.

-         Le scotcher bien droit sur le support de votre choix.

-         Régler le projecteur afin que l’image remplisse tout l’écran.

-         Mettre votre caméscope sur pied au plus près du projecteur. (paralaxe)

-         Enlever la mise au point AUTO et faire une mise au point manuelle précise.

-         Enlever la balance des blancs AUTO et faire la balance manuelle sur le blanc de l’écran, lampe du projecteur allumée.

-         Filmer, monter sur l’ordinateur, et graver.

 

Ce n’est pas terrible, mais je vous avais prévenu…

 

Solution 2 :

 

-         Acheter une boîte de transfert cinéma (environ 50 €). Voir photo.

-         D’un côté on projette le film sur un verre dépoli, et de l’autre on film au travers d’une lentille.

-         Réglage de la camera en manuel comme ci-dessus.

 

medium_Telescreen.jpg

 

 

 

 

Filmer, monter, graver.

 

Je sais ce n’est pas tellement mieux mais on fait avec ce qu’on a !!!

 

Solution 3 :

 

La on commence à avoir un résultat correcte mais il faut mettre la main au porte-monnaie, et plus vous avez de film, plus c’est cher…

 

Suivant les labos, les prix varient de 2 à 5 € la minute.

Sans compter les suppléments, titrage, sonorisation et tout et tout… Et la encore, les résultats ne sont pas toujours au top, tout dépends du professionnalisme et du matériel du labo.

 

 

Et enfin la dernière, celle que je ne dévoilerais pas et que sûrement certains d’entre vous connaissent mais qui me permet parfois d’arrondir ma modeste retraite après des investissements non négligeables afin d’obtenir un résultat à mes yeux convenable, et n’ayant pas le droit de faire ni publicité ni concurrence sur ce blog :

 

 3615 QUI N’EN VEUT !!!

 

Si par ma modeste contribution, j’ai pu vous aider dans ce délicat sujet de sauvegarde de vos chers souvenirs c’est tant mieux et puis pour ceux et celles qui veulent en savoir plus, je suis toujours sur la toile… 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

16/12/2008

SOUVENIRS, SOUVENIRS (4)

 

 

 

 

Donc poursuivons la réalisation de ce travail demandé,  pour faire ce DVD, les problèmes étaient nombreux à savoir :

 

 

Retracer 40 ans de vie d’une jeune femme en 3 minutes 50, durée de la chanson de Pascal Obispo « Millésime » choisie par sa Maman.

 

 

Sélectionner dans cette masse de photographies de tout format, NB, couleur, de quoi faire un film qui se tienne et s’enchaîne de façon fluide et compréhensible par tout le monde.

 

 

Y ajouter des extraits de films d’époque, le texte et la chanson, et que tout cela soit calé à la seconde près …

 

 

Et donc si l’aventure vous tente, voici comment procéder :

 

 

-         Prendre une caméra vidéo et la placer sur un pied objectif vers le sol. (si vous avez un vieil agrandisseur photo, c’est l’idéal, enlever la tête de l’agrandisseur et se servir de la colonne et du plateau comme statif de reproduction, ce dernier ayant le gros avantage d’être sur une crémaillère et d’obtenir ainsi un réglage précis entre chaque prise de vue).

 

 

-         Après avoir fait la sélection des photos, les filmer une à une pendant 5 seconde en ayant bien soin de cadrer « serré » afin d’éliminer les bords et donner l’impression d’une séquence filmée. Attention à la mise au point. (Si vous pouvez brancher la caméra sur votre téléviseur (canal vidéo – jaune) il vous servira d’écran de contrôle pour vérifier le cadrage et la mise au point.

 

 

Une fois cette opération longue et fastidieuse terminée, enregistrer ce film sur votre ordinateur dans votre programme de création vidéo.

 

Sur ce point, je ne vous donnerai pas de conseil en la matière, de nombreux utilitaires existants sur le marché.

 

 

Personnellement, je travaille avec un ordinateur de montage spécifique, qui ne fait que cela, donc pas de risque de « plantages ». En effet, dans un PC classique, il y a toujours plusieurs programmes qui tournent en arrière plan (horloge, anti-virus, pare-feux ect) et qui risquent donc de perturber votre travail.

 

 

Le mieux comme je l’ai dit précédemment, étant d’avoir un deuxième disque dur uniquement dédié à la vidéo.

 

 

Pour info et pour ceux qui voudraient investir, il s’agit du Casablanca KRON de chez Macro système avec graveur.

 

C’est un matériel certes cher mais dès que l’on à beaucoup de réalisation à effectuer, le jeu en vaut largement la chandelle…

 

 

J’en suis à la troisième génération avec toujours autant de plaisir sachant que le résultat est toujours au rendez-vous.

 

 

Deuxième étape, la sonorisation. Soit votre texte était écrit avant et il faudra réduire au augmenter le temps de passage de chaque photo afin de « coller » au sujet, soit vous enregistrez le texte sur le défilement de votre petit film, pratique évidemment plus simple.

 

 

Enfin, vous pouvez si vous le souhaitez, mettre une musique de fonds. Attention aux réglages, la musique ne devant pas masquer votre commentaire. Plusieurs essais seront sûrement nécessaires.

 

 

Quand le résultat vous convient, il ne vous reste plus qu’à le graver.

 

 

Pour moi, l’aventure durera 4 mois, avec pas mal de nuits blanches, une aversion finale à la chanson d’Obispo, l’ayant tellement de fois entendue… Mais au final, une Maman satisfaite de cette réalisation conforme à ses souhaits.

 

 

Lors de la projection du DVD le jour de l’anniversaire de sa fille devant un parterre de convives, parents et amis, tout le monde sorti les mouchoirs pour essuyer les larmes que cette histoire fit couler…

 

 

Aujourd’hui encore, la Maman et sa fille me contactent souvent pour me remercier encore pour ce travail.

 

 

Tout le plaisir a été pour moi … 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

08/12/2008

SOUVENIRS, SOUVENIRS (3)

 

Abordons aujourd’hui la sauvegarde des souvenirs photographiques.

Trois supports possibles : les diapos, les négatifs NB ou couleurs, et enfin les tirages papiers.

Pour ce qui est des Diapositives et négatifs, une seul solution : le scanner.

Bien sur là encore ne pas tomber dans le facile et pas cher, les résultats seront médiocres. Il existe maintenant un modèle à moins de 100 € qui est parfait (Epson V200). Voir photo ci-dessous.

 

medium_Epson_V200.jpg

 

Toutes mes photos que vous voyez sur ce blog, sont scannées avec ce modèle.

Il est facile d’utilisation, livré avec les cadres pour numériser les diapos et les négatifs et bien sur tous les autres documents. Un logiciel permettant des réglages fins et multiples.

Bien sûr il faut s’armer de patience et ne pas compter son temps. Tous ces supports étant souvent et depuis longtemps archivés, avant toute chose, il faut les nettoyer.

La poussière étant le pire ennemi de ce genre d’opération.

Prévoyez une bombe d’air comprimé. De préférence sec et pouvant pulvériser dans toute les positions. On en trouve dans toutes les grandes surfaces. Attention également à la propreté de la glace du scanner, ne pas hésiter à la nettoyer à la moindre trace de doigt ou de poussière.

Ensuite, et à l’aide d’un utilitaire approprié, vous pourrez avant de graver, si vous le souhaitez et de façon à rendre vos souvenirs plus agréables à regarder, faire des diaporamas avec commentaires et musique de fond.

Encore une fois choisissez le gratuit : Sur le site de Microsoft, vous trouverez l’excellent PStory Diaporama qui permet de faire des diaporamas digne d’un PRO…

En ce concerne les photos papiers, là encore deux solutions :

La plus facile étant de les scanner même une imprimante/scanner peut faire l’affaire.

Ensuite avec n’importe quel logiciel photo, on peut recadrer, rectifier les couleurs, enlever les défauts, ect…

Nous sommes forcément confrontés à ce problème tant les formats étaient différents suivant les époques.

Après il y a la solution PRO, a laquelle j’ai été confronté et que je vous livre encore une fois (et c’est la dernière) gratuitement.

Une gentille Maman avait décidée pour les 40 ans de sa fille chérie, de lui faire un DVD retraçant ses quarante années de vie…

Pour corser l’affaire, cette dame étant assez perfectionniste, voulait y ajouter un texte écrit par elle, et de plus y mettre en fond sonore une chanson de Pascal Obispo, « Millesime ».

Son texte, les paroles de la chanson et les photos et extraits de films 8mm ou Super 8 devants bien sûr coller parfaitement ensemble. En gros mission impossible…

Après avoir cherchée en France et en Navarre, elle trouva enfin une société qui voulait bien lui faire ce travail, moyennant la modique somme de 1500 € !!!

Grosse déception, car quand même, 1 500 € c’est une somme.

Mais voilà, c’était compter sans la chance.

Cette personne avait en bas de chez elle, un magasin de vente d’instruments de musique et surtout de pianos appartenant à un certain Bob Castel.

Bien sur, ce nom ne vous dit rien et pourtant…

Le fameux Bob Castel n’était autre que le pianiste accompagnateur du célèbre SIM et de la non moins célèbre Marie-Paule BELLE pendant des années et peut-être l’avez-vous vu à la télévision car il était également au côtés de Philippe Bouvard dans son émission télévisée des Grosses Têtes entouré du fameux SIM et autres compères.

Et c’est là que le miracle arrive…

Votre Coeurdeloup est un ami de Bob Castel depuis plus de vingt ans et Bob a déjà fait appel à moi pour faire des Clips de groupes qu’il voulait lancer et il connaissait ma passion pour tout ce qui touche à l’image.

 

medium_Bob.2.jpg

  Bob Castel           SIM              Moi

Donc parcours obligé, La dame, Bob Castel, Coeurdeloup…

Et bien sur c’est qui le KiKi qui se retrouva avec trois cartons à chaussures plein de photos diverses, de films, de textes, et autres plaisanteries du même genre ; Devinez !!!

La suite demain car ce fût quand même quatre mois de travail, de galère, et d’indigestion de la chanson de Pascal Obispo.

06/12/2008

SOUVENIRS, SOUVENIRS (2)

SOUVENIRS, SOUVENIRS… (2)

 

 

 

 

 

 

Pour les 78 tours et les vinyles, la procédure est à peu près identique.

 

 

Si vous avez une platine qui fait 78 tours, passez directement à l’étape 2 sinon il vous faut un phonographe, si, si çà existe encore, j’en ai moi-même un superbe de chez Mr Pathé Marconi, vous savez, la voix de son maître avec le petit chien…dans un meuble avec des jolie portes qui s’ouvrent pour changer le volume.

 

 

La procédure est un peu plus compliquée, puisque il s’agit d’enregistrer le son en provenance du phono avec un micro.

 

 

Donc pas de bruit dans la pièce, on pense à éteindre les portables, débrancher le téléphone, car c’est toujours dans ces moments là qu’il sonne, enfin tout ce qui peut perturber cet enregistrement.

 

 

2) Si vous le faites à partir d’une platine, la encore deux solutions :

 

 

1)    la platine est raccordée à une chaîne, donc se brancher sur une sortie (out) et procéder à plusieurs essaies afin d’obtenir le meilleurs résultat. Ou encore, enregistrer le disque sur une cassette et procéder comme dans l’épisode « Bandes et Cassettes »

 

2)    Vous avez bien une platine dans un coin mais c’est tout.

 

 

Il vous faudra alors investir dans un boîtier convertisseur Audio/phono.

 

 

Ils en existent à des prix allant de 39 à 60 €, c’est un peu cher mais cela vaut le coup si vous avez de nombreuses numérisations à faire, la qualité étant au rendez-vous.

 

 

De plus nous avons tous des vinyles, qui n’ont jamais été réédités en CD et la encore, c’est un choix.

 

 

Pour trouver ces convertisseurs, je vous donne une adresse au hasard, www.conrad.fr mais il existe d’autres sites pour ce genre de produits.

 

 

Enfin, et si le cœur et votre porte monnaie vous y autorise, la meilleure solution est d’investir dans une platine vinyles USB qui se branche directement sur votre PC. Elle sont d’ailleurs généralement livrée avec le logiciel AUDACITY.

 

 

Mais il vous en coûtera quand même environ 150 €…

 

 

Après pour la phase gravure vous connaissez…

 

 

 

La semaine prochaine nous aborderons un sujet bien plus délicat, la numérisation d’images.

 

 

Photos papier, Diapos, Négatifs, Films 8mm, Super 8 ou encore 16mm.

 

 

Bon week-end tout le monde.

 

 

Coeurdeloup.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                           

 

04/12/2008

SOUVENIRS, SOUVENIRS ..

 

 

Nous avons tous au grenier, à la cave ou dans des placards, des souvenirs d’hier soit en musique (disques 78 tours, Vinyles, Bandes magnétiques, K7, ect..) soit en images, (Flims 8 ou Super 8, Diapositives ou négatifs), seulement voilà, toutes ces merveilles s’abîment, et si elles étaient sur des CD ou DVD, on les regarderaient sûrement car souvent, nous n’avons soit, plus de magnétophone à bandes, ou de projecteur cinéma, et refaire tirer les photos sur papiers coûte fort cher.

 

 

Il existe des solutions pour chaque support, avec plus ou moins de réussite dans la récupération, parfois même un résultat médiocre ou des prix de transfert prohibitifs (films et photos en particulier).

 

 

Il est vrai que pour ces deux derniers supports, cela demande non seulement beaucoup de travail, mais surtout un matériel de qualité si l’on veut obtenir quelque chose de « propre » à la sortie.

 

 

Je me propose donc dans les articles qui vont suivrent, étant d’un naturel généreux,  de vous guider dans ces « récupérations » en vous donnant les petites combines et autres secrets, sans doute de polichinelle pour certains … ou de vous proposer mon aide pour « sauver » vos précieux souvenirs ayant tout le matériel et pratiquant depuis de longues années pour X,ou Y des sauvetages de hautes voltiges !!!

 

 

-         1) NUMERISATION DE BANDES OU K7 :

 

 

Le matériel :          Un magnétophone et/ou un lecteur de K7

 

                       Un amplificateur (pas obligatoire) mais préférable.

 

                       Un câble avec à chaque extrémités, un « Jack » ou prise « Din » suivant le modèle que vous avez.

 

De toute façon un côté est forcément un Jack 3.5.

 

 

         Les branchements : Brancher le câble « Jack » d’un côté sur la sortie ‘Casque’ du magnéto ou K7 (ou de l’ampli si vous passez par ce système qui permet des réglages plus fin, graves, aigues, basses, ect.. ; et l’autre sur la carte son de votre ordinateur, entrée « micro » généralement de couleur rose.

 

 

         Certain PC ont aujourd’hui des prises « son » devant, ce qui facilite bien sûr le branchement.

 

         Prévoyez un câble d’une longueur suffisante.

 

ATTENTION : Pour le PC il faut un Jack Stéreo et de l’autre, c’est suivant votre matériel.

 

         Si vous avez une prise DIN (ronde à 5 broches) ou RCA (une rouge et une noire).

 

         On trouve ce genre de câble dans toutes les grandes surfaces.

 

 

 

         Le logiciel de numérisation : Comme donné dans l’article précédent, le logiciel Audacity convient parfaitement et en plus gratuit. (À télécharger sur www.telecharger.com).    

 

 

Pour pouvoir transformer vos fichiers en MP3, il faut lui adjoindre un fichier nommé LAME. A télécharger également.

 

        

 

         Ensuite copier « lame.exe » dans le répertoire ou vous avez installé Audacity en principe : C:ProgramfilesAudacity et l’exécuter.

 

 

         La première fois lors de l’opération enregistrer sous mp3, il faudra aller rechercher le fichier « lame_enc.dll » qui est dans le répertoire d’installation d’Audacity.

 

 

         Pour numériser, rien de plus simple, choisir « Microphone » dans la liste déroulante, régler le curseur de niveau sonore d’enregistrement (il faut parfois faire plusieurs essaies pour trouver le bon niveau).

 

 

         Cliquer sur le bouton « rouge » et lancer la lecture de votre bande ou K7. Bien sûr il faut du temps, l’enregistrement se faisant en temps réel.

 

         Pour arrêter, cliquez sur le bouton carré Jaune.

 

 

Une fois l’opération terminée, il faut enregistrer votre « fichier » dans un format WAV ou MP3.

 

 

Pour la qualité optimale, le WAV est mieux mais le fichier sera plus gros.

 

 

En MP3, différents taux de compression existe, plus vous compressez, plus le ficher est petit, moins le son est bon…

 

Ensuite vous pouvez graver ces fichiers sur des CD que vous pourrez lire sur votre lecteur de salon ou dans votre autoradio si ce dernier le permet.

 

 

A noter que pour ceux qui auraient la chance d’avoir NERO 6 ou 7, cet utilitaire contient d’une part un très bon logiciel de capture et de numérisation avec de nombreuses possibilités d’amélioration de la numérisation, comme, réduire le volume d’enregistrement si ce dernier a été trop fort (saturation), réduire les bruits de fonds, les craquements et pleins d’autres choses encore. Et bien sûr un excellent logiciel de gravure.

 

 

Voilà, j’espère ne rien avoir oublié et avoir été assez clair et surtout que cela répondra à certaines questions que vous vous posez peut-être sur ce sujet.

 

 

 

De toute façon vous savez ou me trouver pour les questions :

 

 

Gilles377@gmail.com

 

 

 

Demain nous aborderons la numérisation des disques 78 tours, et vinyles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                           

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique