logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

11/05/2011

NE PAS VOUS PRIVER DE DESERT...

d1.jpg
d2.jpg
d3.jpg
d4.jpg
d5.jpg
d6.jpg
d8.jpg
d9.jpg
d10.jpg
d11.jpg

22/01/2010

Héraime à raison...

Et oui, Héraime à raison, il y en a plein d'autres, des châteaux chez nous...

COURANCES.jpg
COURANCES
JEHAY BODEGNEE.jpg
JEHAY BORDEGNEE
LACAPELLE_MARIVAL.jpg
LA CAPELLE MARIVAL
MAINTENON.jpg
MAINTENON
TROUSSE BARRIERE.jpg
TROUSSE BARRIERE
VALENCAY.jpg
VALENCAY

17/03/2009

Comment se rappeler de ses départements ...

J’étais assis au bar en train de boire un

 

 

CALVADOS

 

 

Tandis que je regardais un clochard faire la

 

 

MANCHE

 

 

Une dame vint s’asseoir près de moi ; elle portait un manteau de

 

 

LOIRE

 

 

Je fus impressionné car je sais que le

 

 

LOIRE ET CHER

 

 

Nous engageâmes la conversation et ce qui me charma chez elle, furent

 

 

SAVOIE

 

 

et ses yeux

 

 

DOUBS

 

 

Au bout de quelque minutes, elle me demanda de monter, il fallait donc que je

 

 

VIENNE

 

 

Et j’acceptai sans crier

 

 

GARD

 

 

Elle ne perdit pas le

 

 

NORD

 

 

Car, à peine arrivés, nous entrâmes dans la chambre ; elle se déshabilla ; ses seins étaient magnifiques, elle les

 

 

AVEYRON

 

 

En fait cette fille était vraiment

 

 

GIRONDE

 

 

Et nous nous amusâmes jusqu’à l’

 

 

AUBE

 

 

Au petit matin, je lui fis goûter mon jambon, mon saucisson et mon

 

 

CANTAL

 

 

Et elle fut si contente qu’elle me traita de

 

 

HERAULT

 

 

Un peu fatiguée, elle me demanda tout d’abord l’

 

 

EURE

 

 

Mais là où l’histoire se

 

 

CORSE

 

 

C’est que lorsqu’on eut fini, elle me demanda une

 

 

SOMME

 

 

Je refusais de payer, trouvant que c’était trop

 

 

CHER

 

 

Et ce fut une terrible

 

 

SEINE

 

 

Je vis alors dans ses yeux beaucoup de

 

 

AISNE

 

 

Et c’est à ce moment là que j’aurais eu besoin d’un

 

 

ALLIER

 

 

Car elle me frappa en pleine bouille.

 

Tout s’arrangea, mais à des histoires pareilles on ne l’y reprendra plus, elle le

 

 

JURA

 

 

 

 

****

 

 

03/12/2008

EN PASSANT PAR ROME

 

medium_r1.jpg

Le Colisée

 

medium_r2.jpg

Intérieur du Colisée

medium_r4.jpg
Arc de Constantin

 

medium_r5.jpg

La bouche de la Vérité

 

medium_r6.jpg

Le pont Fabricio qui enjambe l’île Tiberine

 

medium_r7.jpg

La ville Borghèse

 

medium_r8.jpg

Place du Peuple

 

medium_r9.jpg

Place d’Espagne

 

medium_r10.jpg

Fontaine de Trévise

 

medium_r11.jpg

De nuit

 

medium_r12.jpg

Place Navona

 

medium_r13.jpg

Le Panthéon

 

medium_r16.jpg

Château Sant’Angelo

 

medium_r15.2.jpg

 

Pont Milvio

 

medium_r17.jpg

Les Termes de Caracalla

 

medium_r18.jpg

Basilique San Pedro

 

medium_r20.jpg

Intérieur de la basilique

 

medium_r21.jpg

Jean XXIII

 

medium_r22.jpg

Vue panoramique

 

medium_r23.jpg

Chapelle Sixtine

 

medium_r24.jpg

Détails du plafond de la chapelle

 

medium_r25.jpg

Bibliothèque du Vatican.

06/11/2008

QU'IL EST LONG LE CHEMIN ....

POUR GAGNER SON CIEL

 

 

LE CHEMIN DE COMPOSTELLE

 


CHINOIS

 

 

 

medium_Ch1.jpg
medium_ch2.jpg
medium_ch3.jpg
medium_ch4.jpg
medium_ch5.jpg
medium_ch6.jpg
medium_ch7.jpg
medium_ch8.jpg
medium_ch9.jpg
medium_ch10.jpg
medium_ch11.jpg
medium_ch12.jpg
medium_ch13.jpg

 

 

23/10/2008

Ah! LES BELLES VACANCES !!!

J'ai envoyé VOS coordonnées pour participer à un

 grand concours !


Le gagnant recevra un prix exceptionnel :



Je joins quelques photos de cette magnifique

croisière afin de VOUS mettre l'eau à la bouche ....

Le 'Gypsy Queen' .....

medium_g_1.jpg



2 hôtesses du 'Gypsy Queen' .........

medium_g_2.jpg


Le balcon avec toutes les facilités...



medium_g_3.jpg




Rien n'est assez bien pour mes amis !!!


ma gentillesse me perdra !!!....

 


ps: pensez à m'envoyer une carte postale et à donner de

 vos nouvelles bisous.

20/10/2008

AU COEUR DE MILAN.

 

 

Si vous avez l’envie comme moi de passer un jour par Milan, ne songer pas à circuler en voiture, mission impossible, pas de place pour se garer, tramways dans tout les sens….

 

 

Le mieux est de mettre sa voiture au parking, ils sont nombreux et pour cause…

 

Le tarif est cher, 20 € la journée mais de toute façon il n’y a pas beaucoup d’autres solutions.

 

 

Ensuite une fois l’auto garée, le métro est le meilleur moyen de visiter cette ville concentrée autour de la Piazza del Duomo, centre et cœur commercial de la cité.

 

 

Depuis environ sept siècle, c’est la que se retrouvent les Milanais de jour comme de nuit.

 

 

La grande place en rectangle, est entourée de nombreux monuments dont la célèbre cathédrale, (Il Duomo), véritable joyaux  gothique qui mérite à elle seule presque une journée pour en admirer les détails.

 

 

Au centre de la place, se trouve une belle statue équestre de Vittorio Emanuele II.

 

 

Cette place est entourée de nombreux bâtiments d’architectures et d’époques diverses dont le palazzo Carminati qui fait face à la cathédrale.

 

 

De chaque côté se trouvent les Porches dont l’un donne accès à la magnifique Galerie Vitorrio Emanuele II ou les boutiques de luxe sont a l’honneur.

medium_M_3.jpg
medium_M_4.jpg
medium_M_5.jpg
medium_M_6.jpg
medium_M_7.jpg
medium_M_8.jpg
medium_M_9.jpg
medium_M_10.jpg
medium_M_11.jpg
medium_M_12.jpg
medium_M_13.jpg
medium_M_14.jpg
medium_M_15.jpg
medium_M_16.jpg
medium_M_17.jpg
medium_M_18.jpg
medium_M_19.jpg

 

 

06/10/2008

LA ROCHE DE CHAIR

Sur la Côte Occidentale de l’Atlantique de la Norvège, il existe les fjords un endroit à vous donner le frisson.

medium_suede_1.jpg
medium_suede_2.jpg
medium_suede_2_2.jpg

 

 

A Preikestolen, se trouve la « Roche de Chaire » (de poule assurée...)

 

Vu d’en bas, cette roche a tout l’air d’un bateau.

 

 

Arrivé en haut, se trouve la plus grande faille du fjord.

medium_faille_4.jpg

 

 

 

 Cette immense faille sépare la montagne du rocher de l’esplanade depuis des années, mais pour combien de temps encore ?

medium_4_3.jpg
medium_4_2.jpg
medium_faille_5.jpg

 

 

Peur du vide s’abstenir.

medium_peur_du_vide.jpg

 

 

31/08/2008

DE NEANDERTAL à COEURDELOUP...

 

 

 

Revenant du berceau de l’homme de Neandertal, ou le premier fût trouvé à La Chapelle aux Saint dans le Lot où à deux kilomètres de là,  des parents de ma charmante passent leurs vacances depuis plus de trente ans, et ou j’ai découvert les endroits merveilleux qui furent les terrains de jeux de ma femme.

 

 

Cette région ou coule la belle Dordogne, ou nous passons du Lot à la Corrèze ou au Limousin sans s’en apercevoir au travers de magnifique lieux comme CARENNAC, CURREMONTE, MARTEL, COLLONGES la ROUGE  sans oublier ROCAMADOUR et bien d’autres sites enchanteurs.

medium_026.3.jpg
Collonges la Rouge 
medium_032.jpg
medium_031.jpg

 

 

Le Cahors et le foie gras et autres confits font bonne table et bonne chaire. Ils ne devaient pas s’ennuyer les hommes des cavernes…

medium_img002.jpg
 ROCAMADOUR
medium_img008.jpg

 Le rocher des Aigles

 

Une seule ombre au tableau, le côté « Mont Saint Michel » de certains lieux où les « marchands du temple » vendent moult produits dit de qualité à des prix  que je n’ose énoncer ici.

 

 

Comme dit un cousin de ma chérie, « Vous vous êtes bien fait couillonnés, mais si c’est votre plaisir !!! ».

medium_img012.jpg
 MARTEL
medium_img013.jpg
 Le marché
medium_img014.jpg

 L'entrée du chateau

 

Il est vrai quand cherchant un peu, on trouve d’excellents produits du terroir à des prix plus que raisonnables et de très bonne qualité.

 

 

J’ai vu de mes yeux, des bouteilles de Cahors vendues à près de 10 Euros la bouteille !!! qui n’on de Cahors que le nom … alors que j’en rapporte du très bon depuis plusieurs années que j’achète directement au producteur au milieu de ses vignes à 20 Euros le cubitainer  de 10 litres… à boire sans modération !!!

medium_img019.jpg
 Notre petit nid
medium_033.jpg
 Rencontre sur le chemin
medium_034.jpg
Couché de soleil sur le Lot

 

 

Malheureusement tout n’est pas si rose dans la vie de COEUDELOUP qui depuis un certain temps avait de nouveau des malaises peu encourageant.

 

 

Mais les choses sont bien faites, puisque j’avais rendez-vous avec mon cardiologue le 21.

 

 

Après mes explications et ses rapides examens, il en conclu tout simplement que tout cela ne lui plaisait pas du tout et m’envoya faire une scintigraphie myocardique (je vous passe les détails de l’examen non invasif mais long puisque durant pratiquement toute la journée) qui fut pratiquée le 27.

 

 

Nous en attendons les résultats sous une quinzaine, et en fonction,  pratiquera ou non (j’espère non) une coronarographie, dont nous avons déjà parlé dans des épisodes précédant et qui est bien plus invasif d’ou l’intérêt de passer d’abord par la scintigraphie.

 

 

On ne va donc pas se prendre la tête, j’en ai vu d’autres…

 

 

Bon Dimanche à tous.

 

 

 

13/08/2008

LE ROI DU FLEUVE. (4)

 

Revenons donc à l’histoire propre à ce bateau.

 

 

Il avait été construit en 1950 pour la modique somme de trois cent millions de francs.

 

L’Etat Français en avait financé la moitié à condition que les Messageries du Sénégal s’engagent à assurer la poste sur le fleuve pendant vingt ans.

 

 

De 1950 à 1960 le bateau avait rempli sont office en accomplissant une fois par mois, l’aller-retour Saint-Louis – Bakel. En outre, il transportait environ trois cent cinquante tonnes de fret et deux cents passagers.

 

 

C’était donc une bonne affaire pour la compagnie, qui faisait les échanges entre les Mauritaniens et les Sénégalais.

 

 

A cette époque, il n’existait ni route ni train, ni vraiment une piste digne de ce nom.

 

 

Le Bou était donc le seul moyen de commercer entre le Sénégal et la Mauritanie. Toutes les marchandises, hommes, femmes, enfants des deux côtés transitaient forcément par ce bateau pour qui c’était l’aventure.

 

 

Pour les toubabs (les blancs) c’était l’argent, les nouvelles de métropole, les journaux, enfin le bou, c’était la vie.

 

 

Seulement en 1960, des deux côtés du fleuve, chacun avait pris son indépendance et le commerce avait de ce fait cessé.

 

 

Et le pauvre bateau c’était retrouvé abandonné à quai, attendant un hypothétique acheteur.

 

 

Non seulement rien ne vint de ce côté, mais de plus, le Sénégal ayant pris son indépendance, demanda à la France de remplir son contrat soit encore dix ans à faire la poste une fois par mois avec équipage complet et entretien du bateau.

 

 

Mais voilà, avec l’indépendance, plus de transport, plus de fret donc plus d’argent.

 

Chaque jour qui passait coutait de l’argent aux Messagerie du Sénégal.

 

 

L’année 1970 vit le désarmement du Bou le jour anniversaire de son lancement et on l’amarra sur un quai de Saint-Louis.

 

 

Les Messageries avaient alors cherchées un acheteur.

 

 

Il y en eu plusieurs, un Américain qui voulait transformer le bateau en cargo pour naviguer sur l’Amazone pour la somme d’un million deux cent mille francs, les Mauritaniens proposaient neuf cent mille francs pour le remettre en service,  la Gambie qui donnait huit cent mille francs et enfin l’Etat canarien qui en offrait sept cent mille pour l’emmener « caboter » sur les côtes canariennes.

 

 

La proposition de l’Américain étant la meilleure avait été acceptée mais ce dernier demandait un délai de six mois.

 

 

Pendant ce temps, les factures continuaient d’arriver et au bout d’un an, on n’était pas loin des cinq cent mille francs.

 

 

De plus l’Américain demandait une troisième fois un délai ce que les administrateurs ne pouvaient tolérés.

 

 

Donc quand Sayaret leur dit qu’il y avait une espèce de « fêlé » qui proposait deux cent mille francs,  ils dirent de l’appeler de suite, qu’il signe son chèque et qu’il embarque le tout pour de bon et qu’on entende plus parler du Bou el Mogdad.

 

 

 

A suivre….

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

06/08/2008

LE ROI DU FLEUVE. (2)

 

 ...

 

 

Donc GC sort de sa voiture et demande des renseignements à un Peulh qui se trouve sur le bateau. (Les Peulhs et les Ouolofs sont les deux principales ethnies du Sénégal).

 

 

Le bateau est-il à vendre, peut-on le visiter.

 

 

Effectivement il est à vendre, mais personne ne monte à bord, le grand noir lui donne un papier avec l’adresse du patron à Dakar. GC  abandonne son invitation et se rend à Dakar où le patron en question lui annonce qu’il arrive trop tard, le bateau est vendu.

 

 

Ne voulant pas en rester la, il demande le prix : un million deux. Nous sommes dans les années 80 donc environ soixante million CFA.

 

 

Il s’enquiert de savoir si la vente et bien conclu, l’autre lui réponds que oui, à part quelques détails…mais que n’étant pas le propriétaire, il n’a qu’a s’adresser directement à ce dernier, un certain M. Sayaret aux Messagerie du Sénégal, rue des Victoires à Paris.

 

 

Le lendemain matin GC atterrissait à Orly. Coup de téléphone à M. Sayaret, qui ne comprend pas bien le but de l’appel de cet inconnu qui veut acheter un bateau déjà vendu !!!

 

 

GC insiste sur le fait qu’il arrive spécialement de Dakar, et fini par obtenir le rendez-vous pour le jour même.

 

 

Arrivé dans le bureau de Sayaret, ce dernier lui demande pourquoi le Bou el Mogdad l’intéresse et ce qu’il compte en faire.

 

 

A franchement parlé, GC n’en sait absolument rien, il ne s’est même pas posé la question, il veut ce bateau point.

 

 

La même histoire lui était arrivée avec Dominique, quelques temps plus tôt. Il l’avait rencontré lors d’une soirée, la jeune brunette ne portait pas un regard sur ce quadragénaire, mais lui avait décidé qu’il ne quitterai pas Dakar sans elle. La non plus, ce soir là il ne savait pas ce qu’il allait en faire…

 

 

Il demanda donc à M. Sayaret de lui monter le dossier Véritas et dans un bureau crasseux éclairé par une ampoule nue, il se demanda s’il n’était pas un peu fou.

 

 

C’est vrai, que faisait-il là, dans le froids parisien,  à plus de cinq mille kilomètres du soleil et de Dominique à feuilleter un dossier poussiéreux qui racontait l’histoire d’un bateau qui coûtait en gros six fois plus que toutes ses économies réunies ?

 

 

 

A suivre…

 

 

  

 

04/08/2008

LE ROI DU FLEUVE. (1)

 

 

En cette période de vacances, certains sont partis et d’autres restent.

 

 

Pour ceux la, je vais vous raconter des vacances pas comme les autres. Ou nous avons ma femme et moi, eu la chance de rencontrer un homme hors du commun et qui nous a fait découvrir le Sénégal comme personne.

 

 

 

Pour la plupart des touristes qui partent au Sénégal, cela se résume à Dakar, la Casamance, le Club Med. et autres lieux communs. Mais il existe dans ce pays, des endroits pratiquement inviolés et dont seuls quelques privilégiés connaissent le chemin grâce à cet homme.

 

 

 

C’est un curieux mélange que ce dernier, à la fois Seigneur et Pirate, entre Humphrey Bogart et Clark Gable avec un soupçon de « Parrain ». Ce n’est pas pour rien qu’au Sénégal, on le surnomme : LE ROI DU FLEUVE.

 

 

 

Ce fleuve, c’est le Saloum, parallèle au fleuve Sénégal, il est peu fréquenté mais permet d’aller à la rencontre au travers de villages accessibles seulement en pirogue à fond plat, d’une population des plus authentique vivant pour la plupart en autarcie.

 

 

 

Cet homme, c’est Georges Console et son bateau, le Bou el Mogdad.

 

 

 

Si comme moi vous avez eu la chance de le rencontrer, alors ce voyage vous rappellera forcément des bons souvenirs. Pour les autres, ce seras une découverte.

 

 

 

Mais commençons d’abord par le début….

 

 

 

Pour faciliter la lecture, nous simplifierons Georges Console par GC comme on peut le voir peint sur la magnifique cheminée du Bou el Mogdad.

medium_CG.jpg

 

 

 

Environ une quinzaine de jours plus tôt, GC était un parfait homme d’affaire de trente-huit ans, au bras duquel se promenait une jolie fiancée de dix-huit prénommée Dominique, patron d’une boîte de nuit à Paris, propriétaire d’une belle vedette à moteur qui naviguait sur le fleuve Saloum, sans problème d’argent.  

 

 

 

Son seul soucis à cette époque, était son futur beau-père qui sous prétexte qu’il était déjà marié et avais presque quarante ans, le traquait  aux commandes d’un monoplan pétaradant dans tout le Sénégal.

 

 

 

Dans ces conditions, le côté romantique de l’histoire se transforme vite en galère…

 

 

 

Donc ce jour la, un ami les invitent à Saint-Louis pour le week-end. Après avoir pris sa voiture et roulé sur la route (enfin, si on peut appeler cela une route…) de Dakar à Saint-Louis, ils arrivent le soir en passant par le pont Faidherbe et là, il voit un bateau ! Enfin le mot bateau est peut-être un peu exagéré, disons plutôt une épave.

 

 

 

La commence vraiment cette incroyable épopée.

 

 

 

A suivre…..

 

 

 

 

  

 

06/06/2008

JAMAIS LE TIBET NE LASSA !!!!! (fin)

medium_tib12.jpg
medium_tib13.jpg
medium_tib14.jpg
medium_tib15.jpg
medium_tib16.jpg
medium_tib17.jpg
medium_tib18.jpg
medium_tib19.jpg
medium_tib20.jpg
medium_tib21.jpg
medium_tib22.jpg
FIN

05/06/2008

EN PASSANT PAR LE TIBET 1ere Partie.

 

medium_tib1.jpg
medium_tib2.jpg
medium_tib3.jpg
medium_tib4.jpg
medium_tib5.jpg
medium_tib6.jpg
medium_tib7.jpg
medium_tib8.jpg
medium_tib9.jpg
medium_tib10.jpg
medium_tib11.jpg
A SUIVRE ...

14/04/2008

PETITE BALLADE EN FORÊT VOSGIENNE.

medium_Vosges_1.jpg
medium_Vosges_2.jpg
medium_Vosges_3.jpg
medium_Vosges_4.jpg
medium_Vosges_5.jpg
medium_Vosges_6.jpg
medium_vosges_7.jpg
medium_Vosges_8.jpg
medium_Vosges_9.jpg
medium_Vosges_10.jpg
medium_Vosges_11.jpg
medium_Vosges_12.jpg
medium_Vosges_13.jpg
medium_Vosges_14.jpg

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique