logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

29/01/2008

MYOSOTIS.

 medium_Myosotis.jpg

Selon la légende, un chevalier alors qu’il se noyait,

 

Lança un myosotis vers sa dame en criant

 

« Ne m’oubliez pas »

 

 

 

Légende médiévale.

 

LE TABLIER DE GRAND-MERE.

Te souviens-tu du tablier de ta grand-mère ?

 

 

 

Le principal usage du tablier de Grand-mère était de protéger la robe en dessous, mais en plus de cela, il servait de gant pour retirer une poêle brûlante du fourneau; il était merveilleux pour essuyer les larmes des enfants, et à certaines occasions, pour nettoyer les frimousses salies.

 

 

 

Depuis le poulailler, le tablier servait à transporter les oeufs, les poussins à réanimer, et parfois les oeufs fêlés qui finissaient dans le fourneau.

 

 

 

Quand des visiteurs arrivaient, le tablier servait d'abri à des enfants timides; et quand le temps était frais, Grand-mère s'en emmitouflait les bras. 

 

 

 

 

Ce bon vieux tablier faisait office de soufflet, agité au dessus du feu de bois. C'est lui qui transbahutait les pommes de terre et le bois sec jusque dans la cuisine.

 

 

 

Depuis le potager, il servait de panier pour de nombreux légumes.

 

Après que les petits pois aient été récoltés venait le tour des choux.

 

 

 

En fin de saison il était utilisé pour ramasser les pommes tombées de l'arbre.

 

 

 

Quand des visiteurs arrivaient de façon impromptue, c'était surprenant de voir avec quelle rapidité ce vieux tablier pouvait faire la poussière.

 

A l'heure de servir le repas, Grand-mère allait sur le perron agiter son tablier, et les hommes au champ savaient aussitôt qu'ils devaient passer à table.

 

 

 

Grand-mère l'utilisait aussi pour poser la tarte aux pommes à peine sortie du four sur le rebord de la fenêtre pour qu'elle refroidisse, tandis que, de nos jours, sa petite fille la pose là pour décongeler.

 

 

 

Il faudra de bien longues années avant que quelqu'un invente quelque objet qui puisse remplacer ce bon vieux tablier qui servait à tant de choses.

 

 

 

 

 

 

 

24/01/2008

Pour Héraime.

medium_035.jpg
Un seul être vous manque et tout est dépeuplé.
(Lamartine)
Pour toi l'Ami en cette triste journée que j'accompagne par la pensée.
Que cette modeste fleur soit le reflet de mon émotion.
La perte d'une Maman est un fil coupé,
Mais dans ton coeur et ton âme, elle sera toujours la en toute occasion.

28/12/2007

CHIEN ET CHAT ....

 

 

Par les ans décharné, un vieux chien sur la route,

 

Pauvre loque, en déroute

 

Tout pantelant gisait ;

 

Feignant de ne rien voir, à pas lents s’approchait,

 

Félin, un chat à grise fourrure,

 

Allant à l’aventure.

 

Puis, regardant le chien :

 

« O mon frère, dit-il, quel mal est donc le tien ?

 

Et, quelle est ta souffrance ?

 

Pour la soulager, as-tu quelque finance ?

 

Sans quoi, malgré tout mon désir,

 

Il me sera difficile de te secourir ! »

 

« Hélas, pour toute richesse,

 

Je n’ai, ici-bas, que ma seule détresse,

 

Et, je me sens vraiment mal, »

 

Fit, dans un hoquet, le piteux animal.

 

« Quoi ! Toujours en laisse,

 

N’as-tu jamais songé à ta vieillesse ?

 

Lui répartit le chat,

 

L’homme est donc bien ingrat ! »

 

Et laissant le chien à sa détresse,

 

Le chat clignant des yeux, vers

 

D’autres lieux s’empresse !

 

            ****

C’est ainsi qu’aujourd’hui, de notre société,

 

Se traduit fréquemment l’esprit de charité !

 

 

21/12/2007

LA LIBERTE.

Là-bas, dans ce bois, proche de la clairière,

Se trouve un vieux manoir, délabré, solitaire.

Son aspect est lugubre et même menaçant,

Il nous paraît sauvage en son isolement,

Et, c'est là, qu'autrefois, un seigneur redoutable

Rendait aux alentours, la vie insupprtable.

Il ne vivait, d'ailleurs, que par l'assassinat

Et sur les pauvres serfs prenait tous ses ébats.

Dans toute la contrée et tout le voisinage

De ses crimes le bruit faisait grand tapage.

Or, qu'était-il vraiment, et quel homme infernal

Pouvait à son prochain devenir si fatal ?

C'était un seigneur à l'âme barbare et fière,

Qui ne vivait alors que pour faire la guerre.

Mais, depuis ce temps-là, la féodalité

A disparu, faisant place à la liberté.

11/12/2007

POUR VOUS MESDAMES, JUSTE QUELQUES FLEURS...

medium_fleurs.jpg

30/11/2007

GLOIRE

Tout ce qui dans la vie anime notre esprit

De nos frères, ici-bas, n'est pas toujours compris,

La grandeur humaine se trace dans l'histoire,

Car peu de nous sur terre connaissent la gloire !

Et cependant, qu'est-ce la gloire en vérité ?

Les humains, par ce but, sont presque tous hantés !

Est-ce réalité, ou simplement mirage ?

Ne fuit-elle pas rapide, tel un nuage ?

Que nous voulions ou pas, c'est de Dieu que dépend

La gloire couronnant nos efforts incessants.

Elle est vaine pourtant, et n'est qu'une chimère

Si nous ne faisons rien d'utile sur la terre !

29/11/2007

IL ETAIT UNE FOIS : L'HOMME ...

Dans un bois isolé

Qu'aucun bruit jusque là n'avait jamais troublé,

Au soir de leur vie,

Un lion et un tigre allaient de compagnie;

Tous deux s'entretenaient de notre humanité;

Sans tirer vanité,

Disait le lion, de ce que nous sommes,

Nous valons, certes mieux, je crois, que les hommes !

Diantre, fit l'autre, tel n'est pas leur avis;

Et pourtant, quels crimes n'ont-ils pas commis,

Dit encore le lion; ils firent de la terre,

Un vaste cimetière !

C'est vrai, reprit le tigre, c'est là tout leur mal !

L'homme n'est, après tout, qu'un vulgaire animal !

28/11/2007

EN COLERE ? MOI JAMAIS !!!

 

Ah jolies banlieues de France,

Où j’ai vécu moi aussi mon enfance,

Dans ces immeubles, ces HLM,

Heureux nous vivions, pourtant c’était les mêmes 

Qu’aujourd’hui vous avez transformés

En poubelles super tagués.

Vous vous dites incompris et exclus

Mais dès qu’on vous donne un peu plus,

Vous vous chargez de tout casser,

De tout détruire, de tout brûler.

Alors, que vous soyez, Blacks, Blancs, Beurs,

Permettez-moi de vous le dire sans rancœur,

Que si ce pays ne vous plait pas,

Vraiment on ne vous retient pas …

27/11/2007

ODE A L'AUVERGNE.

De la haute cîme qui domine les Dômes,

Celle qui des Puys est restée majordome,

J'admire, tout en bas, le pays verdoyant

Enlaçant dans ses bras, le vieux Clermont-Ferrand !

Au loin; l'immensité, à mes yeux infinie,

Plus près, c'est le plateau auprès de Gergovie.

Ce fût là que César et ses soldats romains

Furent, par les Gaulois, arrêtés en chemin !

O Vercingétorix ! chef redouté des Gaules !

O courageux génie, aux solides épaules,

Avec tes bataillons, avec tes preux gaulois,

Tu brisas de César et la force et les Lois !

25/11/2007

En Aparté.

 

Aujourd’hui, pas de cœur organe, mais le cœur sentiment.

 

Sentiment de bien être parmi vous depuis que vous m’avez accueillis en cette fin Octobre.

 

Des blogs, j’en ai parcourus de nombreux, mais rien jusqu’ici ne m’avait donné l’envie.

 

Le premier que j’ai fais, a été en mémoire de mon Père qui, malgré une reconnaissance tardive, m’a permis de lui rendre hommage pour son travail accompli pour le cinéma pour la jeunesse.

 

A vrai dire je n’y croyais pas tellement, c’était simplement pour moi, un peu égoïste peut-être me souvenir des 15 dernières années passées à ses côtés, à mieux le connaître et à en profiter, ayant perdu ma mère trop tôt. Les parents c’est sans doute la plus belle chose que nous ayons, alors quand ils s’en vont c’est la que l’on voit combien il vous manquent.

 

Aujourd’hui, ce blog a reçu près de 6 000 visites !!! Pour un inconnu, ce n’est pas si mal.

 

Et puis le hasard m’a fait vous rencontrer,  découvrir le plaisir de partager vos passions, vos villages, vos photos, enfin tout ce que vous aimez.

 

Dans ce monde ou un regard de travers, ou la photo d’un réverbère vous tue, c’est vraiment rassurant. On ne se parle plus, c’est chacun pour soi, alors quand on la chance de pouvoir rencontrer des gens comme vous qui vous lisent et vous apportent leurs témoignages amicaux, on se dit que tout n’est pas perdu !

 

Sachez, que même si je ne mets pas de commentaires partout, une petite visite chez chacun de vous me donne le plaisir de mieux vous connaître.

 

Je vous souhaite à toutes et à tous un bon Dimanche.

COEURDELOUP.

24/11/2007

QUESTION ?, ENCORE ET TOUJOURS.

Une voix intérieure toujours me répète

Les accents angoissés de mon âme inquiète.

De percer, de la vie, le mystère, en vain,

Nous cherchons. Serait-il d'ici-bas ou divin ?

O mystérieux problème, que le philosophe

Quelle que fut la forme de son apostrophe,

N'a pu résoudre. Cependant, que les humains,

Au nom de l'Eternel, multiplient leurs desseins.

Et, d'autres, moins nombreux, mais en rudes adversaires

A la Divinité ont déclaré la guerre.

où donc est la raison dans un si long tournoi ?

Et, poutant, des humains l'univers fait la Loi !

Notre vie est, en somme, un éternel mystère,

Nous rions, nous aimons, nous souffrons sur la terre,

Sans avoir pu jamais à nos yeux découvrir

La source de nos joies, celle de nos désirs.

23/11/2007

A TOI, SOLEIL.

A l'horizon, là-bas, percent les premiers feux

Du soleil qui se lève, et monte vers les cieux.

Les fleurs multicolores parent la nature,

De leurs cris, les oiseaux cachés dans la ramure,

Chantent au soleil; là-bas, le laboureur

Descendu dans la plaine, a repris son labeur,

C'est l'heure du travail, celle de la lumière,

Celle où le travail humain féconde la terre.

La chaleur du soleil a fait mûrir les blés,

Par le soleil aussi les coeurs sont rassemblés;

Toutes les voix de la nature, dans nos âmes

Chantent, et dans nos coeurs brûlent d'enivrantes flammes;

Toute une fanfare de couleurs et de chants,

Te salue, ô soleil, maître des éléments.

22/11/2007

- QUESTION ?

 

 Devant l'immensité,

Mon esprit est heurté

Par tout le mystère

Qui entoure la terre.

Que sommes-nous vraiment.

Quel maître tout puissant,

Guide de la destinée

Des jours et des années?

O secret éternel,

Pour toi, simple mortel!

Mais, qu'importe la source?

L'univers, dans sa course,

Nous ouvre le chemin,

où conduit le destin!

21/11/2007

LES BRAS DE MA FEMME.

O splendeur qui enivre

 C'est ici que pour vivre

Je voudrais demeurer

Et toujours espérer !

Ah! qu'il est doux ce rêve,

Mais, rapide il s'achève

En un duo d'amour,

Tandis que luit le jour!

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique