logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

27/07/2009

HiSTOIRE AUX POILS !!!

Une puce nommée Pierre est allongée sur la plage à Nice en train de se bronzer au soleil. Puis, derrière lui, il entend un soufflement et se retourne pour voir ce que c'est. Il est surpris de voir que c'est une autre puce, son ami Albert de Paris, mais choqué par son état de santé.

"Mais qu'est ce qu'il y a mon pote?" demande-t-il, car Albert a l'air très froid, il tremble, sa peau est plutôt bleue.

"Je suis descendu ici à Nice dans la moustache d'un motard," explique-t-il, "avec tout le vent, c'est pour ça j'ai aussi froid."

Pierre commence à rigoler vigoureusement, et après un bon moment, il décide d'expliquer à son ami, qui était à son avis, plutôt naïf, comment descendre à Nice comme un roi.

Albert promet à Pierre que l'année prochaine, il ferait exactement ce qu'il avait expliqué.

Un an plus tard, Pierre se trouve encore en vacances sur la plage a Nice. Soudain, derrière lui il entend un soufflement et un tremblement et il n'a même pas besoin de se retourner.... il sait qui c'est....

"Pierre," demande-t-il, "pourquoi tu n'as pas fait ce que je t'avais dit?"

"Mais j'ai essayé," répond Pierre, "Je me suis trouve une jeune hôtesse de l'air, et je me suis installé dans ses poils bien au chaud. J'étais vraiment bien là-dedans. Comme prévu, elle est allé prendre son avion à Orly, et moi j'étais bien à l'aise. Puis, arrivant à l'aéroport, et avant de monter dans l'avion, elle a fait un petit détour pour visiter les toilettes. Elle rentre dans une des cabines, et moi, je me suis trouvé bousculé brutalement. Après quelques instants j'ai perdu connaissance.
Plus tard, je me suis réveillé. Et tu ne peux pas imaginer comment j'étais étonné quand je me suis retrouvé encore une fois dans la moustache d'un motard en train de descendre à Nice!"


24/07/2009

VOUS VOULEZ L'ADRESSE !!!



Je suis allé au restaurant avec quelques amis il y a quelques jours, et j'ai remarqué une petite cuillère dépassant de la poche de notre serveur lorsqu'il nous a tendu les menus.

Cela m'a paru un petit peu bizarre, mais je n'y ai plus prêté attention, jusqu'à ce que le sommelier arrive, et lui aussi avait une petite cuillère qui dépassait de la poche de sa chemise.

J'ai regardé autour de moi, et tous les employés étaient équipés de la sorte. Quand le serveur est revenu pour prendre la commande, je lui ai demandé:

"À quoi sert la petite cuillère?"

"Et bien, notre patron a récemment fait appel aux experts en productivité d'Albert Andersen afin de passer en revue toutes nos procédures de travail et après des mois d'analyses statistiques, ils en ont conclu que nos clients font tomber par terre leur petite cuillère 73 % plus souvent que les autres couverts, selon une fréquence de trois cuillères par heure et par poste de travail. En préparant tous nos employés à cette éventualité à l'avance, nous pouvons diminuer le nombre de trajets vers la cuisine et ainsi gagner du temps... presque une heure et demi de travail par personne et par service."

Au moment où il finissait, un "chhhling" parvint de la table située derrière nous, et il remplaça prestement la petite cuillère tombée à terre.

"Je prendrai une nouvelle petite cuillère à la cuisine la prochaine fois que j'irai y chercher un plat, plutôt que de faire un voyage spécial."

Je fus très impressionné, et lui très fier de son explication. Après quoi, il continua son service. Pendant que mes amis commandaient,je ne pus m'empêcher de remarquer une petite corde noire qui dépassait de toutes les braguettes du personnel. Ma curiosité l'emporta et je ne résistais pas très longtemps. Je posais la question:

"Excusez moi, mais pouvez vous m'expliquer la raison de cette cordelette qui pend ?"

"Oh oui, reprit il plus bas, peu de gens ont votre sens de l'observation.
Le même consultant s'est rendu compte qu'on pouvait gagner du temps dans les toilettes pour hommes aussi."

"Ah oui, comment cela ?"

"Vous voyez, en attachant une cordelette au bout de votre, euh, sexe, on peut le sortir dans l'urinoir sans se servir des mains, et par là éliminer le besoin d'aller se laver les mains, ce qui diminue de 93% le temps passé aux toilettes."

"Eh oui, cela a du sens", mais après avoir mieux réfléchi, je ne pus m'empêcher de lui demander :
"Comment faites vous pour le rentrer dans votre pantalon ?"

Il me murmura alors "Je ne sais pas comment font les autres, mais moi, je me sers de ma petite cuillère".


 

BARBOUZE et &

L'histoire se passe à Moscou.

- Allo, la Brigade anti-drogue ?
- Oui, j'écoute... C'est pour une dénonciation ?
- Oui, j'ai appris de source sûre que celui qui habite dans la maison située au 3 bis rue de St-Petersbourg a planqué du haschisch dans le cabanon de son jardin, au beau milieu de son bois de chauffage...

Opération musclée le lendemain à 6H00 du matin rue de St-Petersbourg, chez un dénommé Vladimir. Une horde d'une douzaine d'agents du KGB débarque et se rue dans le cabanon en question. Ils sont là avec des haches et des tronçonneuses à vérifier les bûches, une par une.

Mais au bout de deux heures, ne trouvant rien, ils finissent par renoncer.
Furieux, ils prennent congé sans même s'excuser.

Juste après leur départ, le téléphone sonne chez le pauvre Vladimir.
- Salut Vlad, c'est Sergei, dit la voix, ça s'est bien passé ?

Vladimir répond: "Ah tu parles, ils ont tout mis en mille morceaux!

Sergei: "Tant mieux... Mais la semaine prochaine, c'est ton tour. Tu diras à la répression des fraudes que j'ai enterré du caviar de contrebande dans mon jardin. J'ai besoin que quelqu'un retourne mon potager."


22/07/2009

DIEU et la POMME, Vieille histoire !!!

Les enfants attendaient en ligne pour dîner dans la cafétéria d'une école catholique élémentaire.

Au bout de la table se trouvait une grosse pile de pommes.
La religieuse avait placé une note sur le plateau de pommes disant :
"N'en prenez qu'une seule, Dieu vous surveille."

En avançant plus loin le long du comptoir de nourriture, à l'autre bout se trouvait une grosse pile de biscuits aux brisures de chocolat.

 


Et là il y avait une note griffonnée par une main d'enfant : "Prenez-en tant que vous voulez, Dieu surveille les pommes!!"


21/07/2009

DEODORANT POUR NOUS LES HOMMES...



Une blonde rentre dans un magasin de beauté et s'adresse à une vendeuse:

- Bonjour, vous pouvez me conseiller un déo pour mon mari s'il vous plaît ?

- Oui alors nous avons des déodorants a boules, ...
et là, la blonde coupe la vendeuse :

 


- Je veux juste un déo pour les bras parce que ça pue c'est tout!

19/05/2009

MEDECINE CORSE.



Un jeune corse, étudiant en médecine sur le continent, vient d'être reçu à ses examens de sixième année. 
Tout heureux, il téléphone chez lui, au village, et tombe sur son grand-père. 

- Papé ! Je suis reçu ! 

- C'est très bien. Je suis content pour toi. Alors maintenant tu vas revenir faire le docteur ici ? 

- Pas encore papé. Je vais d'abord faire une spécialité. 

- Et quelle spécialité, mon petit ? 

- La médecine du travail. 

- Ah ! Ils ont enfin reconnu que c'était une maladie !

 

18/05/2009

DROIT DE REPONSE.

J’utilise ici mon droit de réponse suite au commentaire, de Michelle sur «Et vive les Alsaciens », rubrique : Histoires d’en rire (28.04.2009).

 

 

Croyez bien chère Michelle, qu’il n’était pas dans mes intentions ni de vous offenser, ni d’offenser l’Alsace et ses Alsaciens.

 

 

Si, tout les Belges (dont je suis originaire), Cht’i, juifs, Blondes, Arabes, Bretons, Corses, Noirs, Black, Blanc, Beurs, et j’en passe, réagissaient comme vous, à toutes ces histoires, plus ou moins drôles je le conçois, mais qui reste au demeurant que des histoires d’en rire, notre pauvre terre déjà bien abîmée par les guerres de tout poils, serait  à feu et à sang !!!!

 

 

Un peu d’humour que diable, ne pas prendre tout au premier degré, est aussi une forme d’intelligence, dont vous n’êtes pas dépourvue il me semble…

 

 

 

 

L'AMANT MARATHONIEN.



C'est une femme qui reçoit son amant chez elle, alors que son mari est au 
travail. 

Un jour qu'ils sont au lit tous les deux, elle entend la voiture du mari dans le garage: Il rentre plus tôt que d'habitude!!! 

Elle hurle alors à son amant: 
« Dépêche-toi! Attrape tes vêtements et passe par la fenêtre TOUT DE SUITE! » 

Le petit ami regarde la fenêtre et dit: 
« Je ne peux pas sortir par la fenêtre comme ça! Il pleut des cordes dehors! » 

Elle lui répond: 
« Si mon mari rentre dans la chambre et qu'il te voit, il nous tuera tous les 
deux! » 

Alors le jeune homme prend ses vêtements et passe par la fenêtre! Arrivé sur la terre ferme, il se retrouve au beau milieu du marathon municipal annuel... 
Alors il se met à courir au côté des autres participants, malgré le fait qu'il soit complètement nu avec ses vêtements à la main. 

Son voisin de course le regarde alors de bas en haut et lui dit: 
« Vous courez toujours le marathon tout nu? » 

L'amant lui répond: 
« Oui oui, de cette manière je ressens vraiment une impression de totale liberté. » 

Et l'autre continue: 
« Et vous emportez toujours vos vêtements pendant la course? » 

L'amant essoufflé répond: 
« Oui bien sûr, comme ça je m'habille tout de suite à la fin de la course et 
je rentre directement chez moi en voiture! » 

Enfin le coureur termine: 
« Et vous portez toujours un préservatif en courant? » 
« Oh non... Seulement quand il pleut. »

 

04/05/2009

GIGOT!!!

C'est un mec la tronche amochée qui rencontre un de ses copains : 
-Qu'est-ce qui t'est arrivé, t'es drôlement amoché ? 
- J'me suis pris un coup de gigot congelé dans la tronche... 
- Bah merde ! Comment ça t'est arrivé ? 
- C'est hier, y a ma femme qu'était en mini jupe, elle se penchait dans le 
congélateur pour prendre quelque chose alors ch'ai pas c'qui m'a pris, j'ai pas pu résister, je l'ai prise par derrière... 
- Merde alors! 
- Ouais, elle gueulait comme une vache, alors je continuais de plus belle... 
- Merde alors! 
- Ouais, en plus elle se débattait alors ça m'excitait encore plus... 
- Tu m'étonnes! 
- Puis à un moment elle a attrapé un gigot congelé puis elle m'en a mis un grand coup sur la tronche... 
- Merde alors, elle aime pas faire l'amour ta femme ? 
- Si,... mais pas à Auchan...

 

28/04/2009

ET VIVE LES ALSACIENS...

Cela se passe en France dans la région alsacienne, par manque de main d’œuvre les vignerons ont engagé des étrangers pour les vendanges et parmi eux un Africain surnommé Janvier qui parle peu le français. 

Après la première journée, la dame du vigneron inquiète demande donc à Janvier comment cela s’est-il passé. 
- Oh très bien madame; il y a une bonne ambiance et aujourd’hui nous avons coupé la riesling. 
- Mais non on ne dit pas LA riesling, mais LE riesling. 
- Ah bon ? J'ai fait une erreur sur LE. 

La seconde journée de nouveau la dame lui demande donc comment la journée s’est-elle passée : 
- Oh très bien madame, l’ambiance est très bonne malgré le travail dur, je me plais bien, les copains sont chouettes aujourd’hui nous avons coupé la Gewurztraminer.  
- Mais non Janvier, on dit LE Gewurztraminer et pas LA Gewurztraminer.  

Le lendemain janvier est absent au départ du matin et la dame du vigneron est donc très inquiète pour lui, mais vers 10 heures, elle rencontre Janvier, assis sur le banc près de l’église et elle l’interroge : 
- Mais Janvier pourquoi n’es-tu pas venu au travail aujourd’hui ? 
- Oh non madame, car aujourd’hui mes copains ont dit qu’ils coupaient LE pinot noir ! J'ai eu peur qu'ils se soient trompés eux aussi !

 

27/04/2009

JOLIE FIN ...

Après une soirée, un gars ramène sa copine chez elle, à

 

 3h du matin, dans un quartier très huppé.

 

Ils sont à la veille de s'embrasser pour se dire bonne nuit devant la porte d'entrée, lorsque le gars commence à se sentir excité sexuellement.

 

Avec un air confiant, il se penche vers elle en souriant, une main accolée sur le mur (très important  pour la suite de l'histoire!), et lui dit:

 

 Chérie, me ferais-tu une gâterie ?

 

Horrifiée, elle répond:

 

- Tu es malade? Mes parents pourraient nous voir

 

Lui

 

 

- Oh, alleeez ! Qui va nous voir à cette heure ? demande-t-il d'une voix haletante.

 

Elle

 

 

- Non, s'il te plaît. Imagines-tu si on se fait prendre ? La fille du juge local se doit d'être exemplaire!

 

Lui

 

 

- Oooh alleeez ! Il n'y a personne aux alentours,  ils dorment tous.

 

Elle

 

 

P-A-S  Q-U-E-S-T-I-O-N. C'est trop risqué !...

 

Lui

 

 

- Oooh s'il te plaît ! S’il te plaiiiiit, je t'aime tellement ?!?

 

Elle

 

 

- Non, non, et non. Je t'aime aussi, mais je ne peux  pas

 

Lui

 

 

- Oh siiiii tu peux ! Tu peeeeeux ! S'il te plaiiiiiiiiit

 

Elle

 

 

- Non, non et non. Je ne peux simplement pas.

 

Lui

 

 

- Je t'en suppliiiiiiiiie...

 

Elle

 

 

- Donne-moi une seule bonne raison, dit-elle.

 

Le jeune homme se lance alors dans une argumentation  passionnée de dix bonnes minutes sur les besoins et pulsions masculines, d'une voix de plus en plus rauque.

 

 

Soudain, la lumière dans l'escalier s'allume, et la  p'tite soeur de la jeune fille apparaît en pyjama, les cheveux en bataille, les yeux bouffis, et leur annonce d'une voix endormie :

 

 

-         Papa m'a dit de te dire : « Soit tu lui fais sa gâterie, soit moi je lui fais sa gâterie…

 

-         En cas de besoin, maman dit qu'elle peut descendre elle-même la lui faire.

 

 

 Mais par pitié, dis à ce con, d'enlever sa main de l'interphone » !

 

 

 

  

 

 

23/04/2009

Oh le beau ballon !!!!



Un couple roule dans une voiture sur l'autoroute. Le mari est au volant. 

Tout à coup sa femme dit : 
- Chéri ! Je veux te quitter ! 

Le mari accélère de 10km/h... 
- Je prends les gosses avec moi et on va chez ma mère ! 

Le mari accélère à 150km/h... 
- Je prends tous les meubles, y compris la télé 16/9 ! 

Le mari accélère encore de 10km/h... 
- Je prends toute ta collection de timbres et de pièces étrangères ! 

Le mari accélère... 
- Je veux aussi une pension mensuelle de ta part ! 

La voiture roule à 170km/h et se rapproche dangereusement d'un camion, et le mari est toujours impassible. 

- Bon sang, mais dis quelque chose ! Je t'ai tout pris ! Qu'es-ce que tu as que je n'ai pas ? 

Le mari la regarde en souriant et dit : 
- L'airbag

 

Z'avez pas vu mon vélo...

A la frontière du Mexique

Juan arrive du Mexique à la frontière séparant le Mexique des États-Unis en bicyclette. 
Il a un gros sac sur ses épaules. 

Le douanier l'arrête et lui demande : 
- Qu'est-ce que tu as dans ton sac ? 
Il répond : 
- Du sable. 

Le douanier, incrédule, lui dit : 
- On va voir ça... Descends du vélo. 
Le douanier ouvre le sac et répand le sable qu'il contient sur le sol. 
Il fouille dedans sans rien y trouver. 
- C'est bon, lui dit-il. 

Juan ramasse le sable du mieux qu'il peut et repart sur sa bicyclette. 

Une semaine plus tard, la même chose se produit. 
Le douanier demande à Juan : 
- Qu'est-ce que tu as dans ton sac cette fois ? 
Juan répond : 
- Du sable. 

Le douanier, qui n'est toujours pas convaincu, décide de détenir Juan pour la nuit et d'envoyer un échantillon du sable pour analyse. Le lendemain, les résultats révèlent qu'il s'agit bien de sable. Il laisse donc Juan repartir sur son vélo. 

Le petit manège se poursuit tous les deux ou trois jours pendant les quelques années qui suivent. A chaque fois, le douanier fouille le sac de sable. Il envoie régulièrement des échantillons pour analyses de toutes sortes mais toujours sans rien trouver d'autre que du sable. 

Finalement, quelques années plus tard, Juan arrête de traverser la frontière en bicyclette avec son sac de sable. 


Un beau jour, alors qu'il est en retraite, le douanier prend ses vacances au Mexique et rencontre Juan dans un petit bar sur la plage. 

- Hé ! je te reconnais, toi! Tu n'est pas le gars qui traversait la frontière en bicyclette avec un sac de sable ? 
Juan reconnaît le douanier et lui répond : 
- Oui, c'est moi. 
- Qu'est-ce que tu deviens ? lui demande le douanier. 
- Je me suis acheté ce petit bar et je vis tranquillement, répond Juan. 

Le douanier se décide finalement à lui demander : 
- Écoute, je suis à la retraite et je n'ai plus aucun pouvoir. Je voudrais bien savoir une chose. Je n'ai jamais arrêté de penser à ça depuis que je t'ai vu la première fois. Juste entre toi et moi, tu faisais de la contrebande ?... 

Juan esquisse un petit sourire et répond : 
- Oui, et c'est comme ça que je me suis acheté ce bar. 

Le douanier s'approche un peu et demande à voix plus basse : 
- Et qu'est-ce que tu passais frauduleusement aux douanes ? 

- Des bicyclettes.

 

16/04/2009

LA COURSE D'ESCARGOT



Une femme reçoit des amis à dîner ce soir. 

Elle décide de leur préparer des ESCARGOTS et envoie son mari en acheter des frais. 

Le mari se met en quête des gastéropodes. 
Il fait d'abord le marché, mais ne trouve pas ce qu'il cherche. 
Par contre, on lui donne l'adresse d'une ferme hélicicole ou il achète une douzaines d'ESCARGOTS. 

En rentrant chez lui, le type voit une pauvre jeune femme en détresse sur le bas-côté de la route. 
Le pneu est crevé et la jeune femme n'a jamais changé de roue de sa vie. 
Ni une, ni deux, le bon samaritain lui remplace la roue, et comme la madame elle est gentille, elle lui propose de le remercier en lui offrant un verre chez elle. 

Une chose en entraînant une autre, le monsieur passe la nuit avec la madame, et oublie complètement les ESCARGOTS, sa femme, et la réception prévue pour le soir. 

A 8 heures du matin, il bondit comme un fou hors du lit en criant: 
- Merde, ma femme... et la réception d'hier soir ! ça va être ma fête ! 

Il fonce chez lui. 
Il arrive devant la porte, pose le sac avec les ESCARGOTS sur le sol et sonne car il a oublié ses clefs. 
Sa femme ouvre la porte, très en colère, lui demande: 
- On peut savoir où tu as passé l'après-midi et la nuit dernière ? 

Alors l'homme regarde les ESCARGOTS en train de ramper sur le paillasson, puis il regarde sa femme, puis s'adresse aux ESCARGOTS: 
- Allez les gars! On y est presque !!!

 

13/04/2009

TROU LA LA ITOU



Un homme joue au golf pour la première fois sur un terrain particulièrement compliqué. 

A un certain moment, il s'embrouille et n'est plus certain de l'endroit exact où il se trouve sur le parcours. 
En regardant autour, il aperçoit une femme qui joue devant lui. 

Il s'approche, s'excuse, lui explique sa confusion et lui demande si elle sait sur quel trou il joue. 
Elle répond : 
- Et bien, je suis sur le 7ème et vous êtes un trou derrière moi, alors vous devez être sur le 6ème. 

L'homme la remercie et poursuit sa partie. Un peu plus tard, la même situation se produit. Il approche encore une fois de la femme et lui pose la même question. 
- Je suis à présent sur le 14è me trou, répond la femme, et vous êtes un trou derrière moi. Vous devez donc être au 13ème. 

L'homme la remercie à nouveau et termine sa partie. Lorsqu'il entre au Chalet, il aperçoit la femme assise au bar. 
Il demande au barman s'il la connaît. L'autre lui répond dans l'affirmative : 
- Elle est représentante et vient jouer à ce club régulièrement. 

Notre golfeur s'approche donc de la femme et lui offre un verre pour la remercier. 
- Je crois comprendre que vous êtes représentante. Je suis également dans la vente. Qu'est-ce que vous vendez ? 
- Si je vous le dis, promettez-moi de ne pas rire. 
- D'accord, répond l'homme. 
- Et bien, poursuit-elle un peu gênée, je travaille pour Tampax. 

Sur ce, l'homme se met à rire à gorge déployée. 

- Je savais que vous ririez de moi, chaque fois que je dis ce que je vends, c'est la réaction que ça provoque. 
- Non, non, répond l'homme après avoir essuyé ses larmes, je ne ris pas de votre profession ! C'est que je travaille pour Lotus et vends du papier toilette, donc je suis encore un trou derrière vous !

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique