logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

26/12/2008

SOUVENIRS, SOUVENIRS, F I N ...

 

 

 

 

Pour en finir avec ces différentes façon de sauvegarder nos souvenirs, il reste les films 8mm ou Super 8,  tache la plus délicate, et, la plus secrète aussi, sachant que les solutions pour obtenir un travail de qualité sont rares donc chères et que ceux (comme moi) qui connaissent ces dernières, ne les dévoilent que peu ou prou…

 

Commençons donc par les plus simples. Je vous le répète encore une fois, le résultat sera à la hauteur des moyens employés donc… médiocre, mais certains s’en contentent et je me dois rédigeant un article sur le sujet, de les citer.

 

Mais auparavant, un minimum de technique pour bien comprendre le pourquoi du résultat.

 

Les films qu’ils soient en 8mm ou en super 8, ont été tournés soit en 18 images/seconde, soit en 24 images/s. Muet ou sonore peu importe.

 

Le problème ce trouve là. Pour numériser vos films, vous allez vous servir de votre caméscope bien aimé. Seulement, le hic, est que cette petite merveille de technologie, film elle, à 25 images/seconde.

 

Et donc par conséquent, à raison  d’une image de décalage par seconde, nous nous retrouvons avec un scintillement des plus désagréable, qu’il est difficile de corriger.

 

Une seule et unique solution, il faut un projecteur avec un variateur de vitesse d’une part et cela ne ce trouve par au coin de chaque rue à notre époque, mais de plus il faut donc adapter la vitesse précisément en fonction de celle de prise de vue au départ soit :

 

         Pour 18 images/s = 16.66 images/s en projection

         Pour 24 images/s = 25 images/s en projection et là, finit le scintillement.

 

J’en vois déjà, qui se pourlèchent les moustaches et se disent, bricoleurs du samedi ou du dimanche au choix, mais qu’est-ce qu’il croit le Coeurdeloup, moi je vais me le faire moi-même le variateur…

 

Pas si simple, et je m’explique, fabriquer un variateur de vitesse et c’est vrai à la portée du premier « Monsieur je bricole », moi le premier, seulement voilà, pour que le dit variateur soit utilisable, il faut qu’il soit pourvu d’un compteur digital à 4 chiffres (16.66) donc déjà plus compliquer.

 

Ensuite il faut l’étalonner et la encore pas de la tarte …

 

Pourquoi ? – sachant que la plupart des projecteurs cinéma ancien sont équipés de moteur asynchrone  non régulé, quand vous lancez votre projection et bien que cela ne soit pas visible par l’oeil humain qui corrige cet effet, le film n’est pas cadencé immédiatement à sa vitesse optimale.

 

Sachant que pour trouver la valeur de ralentissement à 16.66 im/s il faut à l’aide d’un chronomètre faire défiler 1 minutes et pas une seconde de plus de film, compter le nombre d’images projetées pendant ce laps de temps et faire la règle de trois que je ne vous ferai pas l’injure d’expliquer ici !!!

 

Sachant la couleur du cheval Blanc d’Henri IV…

 

Et donc régler ce sacré potentiomètre, je vous souhaite beaucoup de patience et de plaisir !!!

 

Sur le papier c’est simple, dans la réalité, c’est un peu plus délicat, mais avec de la patience et des repères, on y arrive. 

 

Laissons tout cela de côté et essayons de faire simple.

 

-         faire un écran en papier à dessin épais, blanc mat, de 60x40cm.

-         Le scotcher bien droit sur le support de votre choix.

-         Régler le projecteur afin que l’image remplisse tout l’écran.

-         Mettre votre caméscope sur pied au plus près du projecteur. (paralaxe)

-         Enlever la mise au point AUTO et faire une mise au point manuelle précise.

-         Enlever la balance des blancs AUTO et faire la balance manuelle sur le blanc de l’écran, lampe du projecteur allumée.

-         Filmer, monter sur l’ordinateur, et graver.

 

Ce n’est pas terrible, mais je vous avais prévenu…

 

Solution 2 :

 

-         Acheter une boîte de transfert cinéma (environ 50 €). Voir photo.

-         D’un côté on projette le film sur un verre dépoli, et de l’autre on film au travers d’une lentille.

-         Réglage de la camera en manuel comme ci-dessus.

 

medium_Telescreen.jpg

 

 

 

 

Filmer, monter, graver.

 

Je sais ce n’est pas tellement mieux mais on fait avec ce qu’on a !!!

 

Solution 3 :

 

La on commence à avoir un résultat correcte mais il faut mettre la main au porte-monnaie, et plus vous avez de film, plus c’est cher…

 

Suivant les labos, les prix varient de 2 à 5 € la minute.

Sans compter les suppléments, titrage, sonorisation et tout et tout… Et la encore, les résultats ne sont pas toujours au top, tout dépends du professionnalisme et du matériel du labo.

 

 

Et enfin la dernière, celle que je ne dévoilerais pas et que sûrement certains d’entre vous connaissent mais qui me permet parfois d’arrondir ma modeste retraite après des investissements non négligeables afin d’obtenir un résultat à mes yeux convenable, et n’ayant pas le droit de faire ni publicité ni concurrence sur ce blog :

 

 3615 QUI N’EN VEUT !!!

 

Si par ma modeste contribution, j’ai pu vous aider dans ce délicat sujet de sauvegarde de vos chers souvenirs c’est tant mieux et puis pour ceux et celles qui veulent en savoir plus, je suis toujours sur la toile… 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique