logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

06/08/2008

LE ROI DU FLEUVE. (2)

 

 ...

 

 

Donc GC sort de sa voiture et demande des renseignements à un Peulh qui se trouve sur le bateau. (Les Peulhs et les Ouolofs sont les deux principales ethnies du Sénégal).

 

 

Le bateau est-il à vendre, peut-on le visiter.

 

 

Effectivement il est à vendre, mais personne ne monte à bord, le grand noir lui donne un papier avec l’adresse du patron à Dakar. GC  abandonne son invitation et se rend à Dakar où le patron en question lui annonce qu’il arrive trop tard, le bateau est vendu.

 

 

Ne voulant pas en rester la, il demande le prix : un million deux. Nous sommes dans les années 80 donc environ soixante million CFA.

 

 

Il s’enquiert de savoir si la vente et bien conclu, l’autre lui réponds que oui, à part quelques détails…mais que n’étant pas le propriétaire, il n’a qu’a s’adresser directement à ce dernier, un certain M. Sayaret aux Messagerie du Sénégal, rue des Victoires à Paris.

 

 

Le lendemain matin GC atterrissait à Orly. Coup de téléphone à M. Sayaret, qui ne comprend pas bien le but de l’appel de cet inconnu qui veut acheter un bateau déjà vendu !!!

 

 

GC insiste sur le fait qu’il arrive spécialement de Dakar, et fini par obtenir le rendez-vous pour le jour même.

 

 

Arrivé dans le bureau de Sayaret, ce dernier lui demande pourquoi le Bou el Mogdad l’intéresse et ce qu’il compte en faire.

 

 

A franchement parlé, GC n’en sait absolument rien, il ne s’est même pas posé la question, il veut ce bateau point.

 

 

La même histoire lui était arrivée avec Dominique, quelques temps plus tôt. Il l’avait rencontré lors d’une soirée, la jeune brunette ne portait pas un regard sur ce quadragénaire, mais lui avait décidé qu’il ne quitterai pas Dakar sans elle. La non plus, ce soir là il ne savait pas ce qu’il allait en faire…

 

 

Il demanda donc à M. Sayaret de lui monter le dossier Véritas et dans un bureau crasseux éclairé par une ampoule nue, il se demanda s’il n’était pas un peu fou.

 

 

C’est vrai, que faisait-il là, dans le froids parisien,  à plus de cinq mille kilomètres du soleil et de Dominique à feuilleter un dossier poussiéreux qui racontait l’histoire d’un bateau qui coûtait en gros six fois plus que toutes ses économies réunies ?

 

 

 

A suivre…

 

 

  

 

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique